Les Compagnons du Tour de France proposent un réseau de Centres de Formation
aux métiers du bâtiment, en Alternance ou en Formation Continue. Ils proposent également un accueil et un encadrement des jeunes souhaitant devenir Compagnons sur le parcours du Tour de France.

Notre réseau
de centres de formation

Affichez les coordonnées
de tous nos centres
de formation

Cliquez sur la ville
de votre choix.

Prenez quelques minutes
pour passer ce petit TEST :

Jeumont FCMB JEUMONT Centre Formation+CFA Arras UNIVERSITÉ des COMPAGNONSUniversité à recrutement national+CFA Paris-Île-de-France FCMB PARIS-ÎLE-DE-FRANCECentre Formation+CFA Orléans FCMB ORLÉANSCentre Formation MouchardInstitut IEF INSTITUT EUROPÉEN de FORMATIONLycée professionnel à recrutement national Tours FCMB TOURSCentre Formation Nantes FCMB NANTES Centre Formation Annecy FCMB ANNECYCentre Formation+CFA Lyon FCMB LYON Centre Formation+CFA Grenoble FCMB GRENOBLECentre Formation+CFA Avignon FCMB AVIGNONCentre Formation Marseille FCMB MARSEILLECentre Formation Limoges FCMB LIMOGESCentre Formation Bordeaux FCMB BORDEAUXCentre Formation+CFA Millau FCMB MILLAUÉtape Tour de France Toulouse FCMB TOULOUSECentre Formation+CFA Agen FCMB AGENCentre Formation+CFA Tarbes FCMB TARBESÉtape Tour de France Lons-Pau FCMB LONS-PAUCentre Formation Anglet FCMB ANGLET Centre Formation+CFA

 

 

Compagnons
d’hier

Les origines

8 siècles de Compagnonnage Les légendes relatives au Compagnonnage situent l'origine symbolique de l'institution compagnonnique au Xe siècle av.JC.

L'apparition des premières sociétés compagnonniques date de l'époque des cathédrales au XIIIe siècle. Certains Compagnons d'alors quittent leur maître et partent sur les routes de France.

Au mépris des lois des corporations médiévales qui n'ont jamais souhaité ou permis l'épanouissement de l'ouvrier, les Compagnons voyagent de ville en ville, de chantier en chantier pour exercer leur métier.

Les fondations

Compagnons charpentiers FCMB Les Compagnons s'organisent petit à petit et forment des associations dites "sociétés compagnonniques" ouvertes aux métiers du bois, de la pierre, et du feu.

Ouverts par les sociétés compagnonniques et tenus par des femmes nommées « Mère », des auberges ou des relais un peu partout en France accueillent les Compagnons itinérants.

 

 

Un Compagnonnage puissant

Compagnons charpentiers FCMB En dépit de ses divisions, le Compagnonnage s'emploie à assurer accueil, embauche et cours du soir à tous ses membres qui effectuent le Tour de France. Face à des employeurs récalcitrants, les sociétés compagnonniques mettent en place un système de contre-pouvoir qui font d'elles les pionniers et les ancêtres du mouvement syndical.

Le déclin

Après une longue période de succès, le Compagnonnage connaît un fort déclin lors de la Révolution Industrielle du XIXe siècle qui remplace le travail manuel par les machines.